VOLUME
NUMÉRO SPÉCIAL ENTRETIENS / 
INTERVIEWS SPECIAL ISSUE

Un numéro spécial entièrement dédié au régime de texte de l’entretien dans lequel cohabite une multitude de voix, que ce soit celles d’artistes – Olaf Nicolai, Anri Sala, Tarek Atoui, Rhona Bitner ou encore Mungo Thomson et Sébastien Roux – ou de critiques et/ou curateurs comme Chantal Pontbriand, David Sanson, Tucker Neel, Hélène Meisel, Robert Crouch ou Anna Colin.

Avec des interventions artistiques de Joseph Grigely, The Big Conversation Space, Sébastien Rémy & Florence Ostende.

2013
édition bilingue (français / anglais) / bilingual edition (English / French)
21 x 27 cm (broché / softcover)
160 pages (ill. coul. et n&b / color & b/w ill.)

15 €
ISBN : 978-2-919217-12-0
EAN : 9782919217120
Pour le commander / to order : les presses du réel ou / or VOLUME


 

 

 

 

 

SOMMAIRE / SUMMARY

ANNE-LOU VICENTE / ANRI SALA
Answer Me

THE BIG CONVERSATION SPACE
How to Be a Tarot Reader: A Reading.
Intercepted Fragments from a Tarot Reading for Bassel Safadi (Damascus-San Francisco)

ROBERT CROUCH / STEVE RODEN
Lire entre… / Reading Between…

STÉPHANE MALFETTES / RHONA BITNER
Génie des lieux / Genius Loci

ALAIN BERLAND / DAVID SANSON
Punk’s Future ?

JEAN-MARIE GALLAIS / JAMES WEBB
Créer des ellipses / Creating Ellipses

HÉLÈNE MEISEL / SÉBASTIEN ROUX
La Dernière Coda / The Last Coda

MATHILDE VILLENEUVE / VOLKO KAMENSKY
À la recherche d’un son documentaire / In Search of a Documentary Sound

ANNE-LOU VICENTE / TUCKER NEEL
Art by Telephone

DANIELE BALIT / OLAF NICOLAI
Son descendant un escalier / Sound Descending a Staircase

JOSEPH GRIGELY
Songs Without Words

RAPHAËL BRUNEL / ANNA COLIN
Émission sonore / Audio Broadcast

GUILLAUME LEINGRE X GAAG
Courant fort, Courant faible / Flow Current, Weak Current

SÉBASTIEN RÉMY & FLORENCE OSTENDE
Interview

RAPHAËL BRUNEL / MUNGO THOMSON
Ambient

CAROLINE HANCOCK / MARK GARRY
Musicker

CHANTAL PONTBRIAND / TAREK ATOUI
Un Son collectif ? / A Collective Sound?

ÉMELINE VINCENT / FRANCESCO FONASSI
Mastermind

 

EDITORIAL

— Pourquoi un numéro spécial dédié à l’entretien ?

— Présent dans la revue depuis le premier numéro, ce régime de texte se révèle intrinsèquement lié à la parole – du moins au dialogue, puisque cet échange ne se fait pas nécessairement de vive voix. En cela, il recèle un potentiel éminemment sonore, non seulement via ce qui se dit, mais aussi ce qui peut s’entendre en marge de la discussion.
Aussi avons-nous eu envie de lui consacrer un numéro entier car, tout en résonnant avec la spécificité de la revue d’art contemporain sur le son qu’est VOLUME, il offre un large éventail de possibilités en termes de format et de ton. Sans prétendre ni viser à l’exhaustivité, cet opus tente ainsi de refléter une telle diversité, en même temps qu’il s’attache à faire cohabiter, au sein d’une même publication, une multitude de voix.
Aux différents textes regroupés ici autour de la notion de « son élargi » s’ajoutent trois interventions artistiques qui, pour leur part, font écho à l’essence dialogique de l’entretien, voire la rejouent.

—Y a-t-il une raison particulière à sortir un numéro spécial à ce moment précis, en lieu et place d’un numéro « classique » ?

S’il s’inscrit pleinement dans la lignée des six parutions précédentes, dont l’ensemble reconstituant lettre par lettre le mot « volume » compose une sorte de « collection », ce numéro, pour lequel la maquette a été entièrement repensée, marque une transition dans le projet VOLUME : sans mettre un terme aux Éditions What You See Is What You Hear, la revue semestrielle telle qu’elle a existé jusqu’à présent prend fin. Par ailleurs, si le projet – non seulement éditorial, mais plus largement, curatorial – s’est dans un premier temps structuré à partir de l’objet revue, il a également donné lieu à différents modes d’apparition (expositions, conférences, workshops, programmation de concerts, de performances et de séances d’écoute au sein d’institutions culturelles et artistiques) que nous entendons poursuivre et développer.

— À suivre donc…

EDITORIAL

– Why a special issue devoted to the interview?

– This kind of text has been a feature of the magazine since the very first issue, and is intrinsically bound up with words – or at least with dialogue, because interviews are not necessarily conducted in person. As such, the interview has an eminently acoustic potential, not only through what is said, but also via what can be heard on the sidelines of the discussion.So we were keen to devote a whole issue to it because, while echoing the specific nature of the contemporary art magazine about sound that VOLUME is, it also offers a wide range of possibilities in terms of format and tone. Without claiming or aiming to be exhaustive, this issue also tries to reflect this kind of diversity, at the same time as it endeavours to get a host of different voices to co-exist in one and the same publication.Added to the different essays brought together around the notion of an “expanded sound” are three artistic contributions which, for their part, echo the dialogic essence of the interview, or even re-enact it.

– Is there any particular reason for bringing out a special issue at this precise moment, instead of a “classic” one?

It falls totally in line with the six previous ones, which, as a set, re-create letter by letter the word “volume” and form a sort of “collection”. But its layout has been completely redesigned, so it also marks a transition in the VOLUME project. Without winding up the publications by the Editions What you See Is What You Hear, the half-yearly magazine as it has hitherto existed is drawing to a close. Furthermore, if the project – not only editorial but, more broadly, curatorial – was initially organized on the basis of the magazine as such, it has also given rise to differing forms of appearance (exhibitions, lectures, workshops, programming involving concerts and performances, and listening sessions within cultural and artistic institutions), and these we intend to continue and develop.

– To be continued, then…